User Profile

Artsun

artsun@b.falai.se

Joined 8 months ago

This link opens in a pop-up window

Artsun's books

To Read (View all 8)

Currently Reading

2024 Reading Goal

25% complete! Artsun has read 6 of 24 books.

David Bosc: Le pas de la demi-lune (français language, Verdier) No rating

Si on veut, c’est Marseille et on l’appelle Mahashima. Legūdo, ce sont les Goudes. Et …

J'ai passé le sommet de la colline et je sens que ma poitrine s'est rouverte au souffle des longues marches. La plupart des fidélités auxquelles nous nous tenons apparaissent dérisoires à tout autre que soit, parce que, sans doute, elles sont beaucoup moins morales que poétiques. Ainsi de mon idée d'aller dehors à chaque nuit de pleine lune.

Le pas de la demi-lune by  (Page 48)

David Bosc: Le pas de la demi-lune (français language, Verdier) No rating

Si on veut, c’est Marseille et on l’appelle Mahashima. Legūdo, ce sont les Goudes. Et …

Ce fut peut-être un égoïste, un jaloux de ses frères, qui vint un soir mettre le feu aux grandes feuilles du registre foncier... Ce fut peut-être un idéaliste, ou le bras armé d'un assemblée de locataires qui fit brûler le noir cadastre après l'abandon du palais. En un autre lieu, à un autre moment, avec d'autres gens, les conséquences auraient sans doute été tout autres, et pareillement imprévisible. Pour nous, alors, ce fut une soudaine, une étonnante façon d'aérer l'existence, de lui donner du champ, de l'amplitude, et une assise simple: rien d'autre n'est à toi que ce dont tu prends soin. À Mahashima, il n'y a plus eu aucun titre de propriété. Possède une maison celui ou ceux qui l'habitent, qui la réchauffent, qui ne permettront pas qu'elle s'effondre. (Voilà qui sonne un peu magique et rien, bien entendu, n'est jamais aussi simple.)

Le pas de la demi-lune by  (Page 37)

Guillaume Chamanadjian: Le Sang de la Cité (Paperback, Français language, 2021, Aux forges de Vulcain) 4 stars

Enfermée derrière deux murailles immenses, la Cité est une mégalopole surpeuplée, constituée de multiples duchés. …

Bien mais déjà lu...

3 stars

Dès le début du roman, l'accent est mis sur des personnages commerçants, dans un fourmillement urbain permanent. Ça change, c'est frais. Mais le militarisme et les schémas un peu attendus de la fantasy reviennent vite, doublés d'une grosse sensation de déjà-vu. Le héros: un jeune homme à l'histoire mi-tragique mi-pathétique, aux grandes qualités mais qui porte sa croix et qui se retrouve à être recruté comme assassin du duc - ça ne vous dit rien? Robin Hobb, sort de ce corps... Bon, c'est un livre bien écrit et qui se lit vite, mais qui pèche par manque criant d'originalité. Dommage.